Guide facile pour devenir indépendant en France

Devenir indépendant, c’est pouvoir travailler où on veut, quand on veut sans avoir à subir les inconvénients de la vie en entreprise. Toutefois, avant de profiter de votre nouvelle vie, vous devrez vous enregistrer pour facturer pouvoir légalement vos prestations. Suivez le guide ! Nous vous expliquons les étapes de l’enregistrement auprès de l’administration française selon le statut que vous aurez choisi, y compris les avantages et les inconvénients de chacun d’entre eux. Nous vous invitons également à vous renseigner sur la siretisation efficace 76310 et ses avantages marketing pour les entreprises, à suivre ici.

 

1. Le régime d’auto-entreprenariat et l’entreprise individuelle (EI)

Auto-entrepreneur, micro-entreprise, entreprise individuelle… Avec tous ces noms similaires, il est facile de perdre le fil. Nous allons ici parler des deux statuts les plus simples à créer et à gérer pour travailler en tant qu’indépendant en France : l’auto-entreprise (ou micro-entreprise) et l’entreprise individuelle.

 

Micro-entrepreneur : l’option la plus simple

En 2015, le statut social d’auto-entrepreneur change de nom et devient micro-entrepreneur, bien que l’auto-entrepreneur soit encore fréquemment utilisé, on peut donc entendre les deux. En fait, un micro-entrepreneur est une personne qui a créé une entreprise individuelle (EI) et qui a opté pour le régime fiscal de la micro-entreprise. Comment créer une auto-entreprise (comment devenir micro-entrepreneur) pour être freelance ? C’est très simple : il suffit de déclarer son activité sur le portail officiel du micro-entrepreneur de l’URSSAF. Le formulaire vous demandera notamment les informations suivantes :

  • le type d’activité (artisanale, commerciale, de service) ;
  • si vous optez pour le paiement de la taxe libératoire : il s’agit d’une option qui vous permet de bénéficier d’un taux d’imposition réduit et simplifié. Vous payez tous vos impôts et cotisations une fois par mois ou par trimestre et ceux-ci sont calculés en fonction de votre chiffre d’affaires. Il s’agit donc d’une option avantageuse dans la plupart des cas, car elle vous permet de ne rien payer si vous n’avez rien gagné ;
  • si vous voulez faire une demande d’ACCRE : c’est une aide proposée à toutes les personnes de moins de 27 ans (également accessible aux chômeurs et aux personnes en redressement) qui vous permet de payer des charges moins élevées pendant les trois premières années de votre activité. N’oubliez pas de cocher la case et de remplir le formulaire correspondant.

Il ne vous reste plus qu’à joindre quelques pièces justificatives (pièce d’identité scannée ou photo prise avec votre smartphone, formulaire ACCRE) à votre dossier, à l’envoyer et à attendre de vous voir attribuer votre numéro de SIRET par courrier : et voilà, vous êtes un indépendant ! 

Bon à savoir : vous pouvez commencer à facturer dès le dépôt du formulaire ! Il suffit ensuite de mentionner ” SIRET en cours d’attribution ” sur vos factures et devis. Même si vous n’avez pas encore reçu le courrier, votre SIRET est peut-être déjà attribué. Pour le savoir, rendez-vous sur le site d’Infogreffe et tapez votre nom dans la barre de recherche.

 

Avantages et inconvénients du micro-entrepreneuriat

Le principal avantage est la simplicité : facile à créer, mais aussi facile à gérer. En effet, vous n’aurez pas de TVA à payer, très peu de charges et une comptabilité simple :

  • créer un compte bancaire dédié à votre activité. Cela peut être un compte personnel, pas besoin d’ouvrir un compte professionnel ;
  • tenir un livre (ou un fichier Excel) de recettes-dépenses, où vous noterez tous vos justificatifs.

Il existe aussi quelques inconvénients :

  • un plafond de revenus annuels au-delà duquel vous serez obligé de sortir du régime du micro-entrepreneur ;
  • comme vous ne payez pas la TVA, vous ne pouvez pas la récupérer ;
  • le statut de micro-entrepreneur n’est pas conseillé si vous avez beaucoup de charges à payer.

L’entreprise individuelle (EI)

La deuxième option assez simple pour devenir indépendant en France consiste à créer une entreprise individuelle, mais en dehors du régime de l’auto-entreprise. L’entreprise reste facile à créer en ligne et la création reste toujours gratuite si votre activité est basée sur les services. Le principal avantage par rapport au régime micro-entrepreneur est l’absence de plafond de recettes et la possibilité de récupérer la TVA (il faut aussi la payer). En revanche, la gestion est un peu plus compliquée que pour une micro-entreprise :

  • vous devrez gérer de vrais comptes : comptes annuels, livres de comptes, etc. ;
  • les apports sont à verser d’avance, puis ils sont régularisés en fonction de vos recettes réelles.

L’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL)

La responsabilité limitée est une option à laquelle vous pouvez également prétendre en tant qu’entrepreneur. Elle vous permet de :

  • limiter votre responsabilité au patrimoine affecté (qui doit être déclaré) et non sur l’ensemble de votre patrimoine ;
  • choisir de payer des impôts sur les revenus de votre entreprise (et non sur vos revenus personnels) : vous pourrez alors vous verser un revenu et des dividendes.

En résumé : c’est un statut intéressant si vous voulez éviter d’avoir un plafond de revenus. En contrepartie, vous devrez payer plus de charges (dont la TVA) et la gestion est un peu plus complexe.

 

2. Des options plus complexes : les sociétés à entrepreneur individuel

Les options suivantes sont plus adaptées dans l’éventualité où votre activité d’indépendant démarre fortement ou lorsque votre activité change. 

Créer une EURL ou une SASU

Cette fois, c’est plus complexe : pour devenir indépendant en tant qu’EURL ou SASU, nous vous conseillons de vous faire assister par un expert-comptable. Vous devrez rédiger des statuts, remplir des formulaires de création de société, publier un avis dans le journal d’annonces légales et remplir un dossier au CFE. De plus, vous aurez des frais réguliers et élevés à payer même si vous ne gagnez rien : ce n’est pas la meilleure option pour les indépendants débutants !

 

Les avantages et inconvénients de chaque statut

L’EURL permet une gestion plus simple et une rémunération plus élevée, car vous aurez moins de charges à payer. Ceci étant dit, la protection sociale est un peu moins bonne.

Le SASU vous permet de bénéficier d’une meilleure protection sociale, mais la gestion s’avère plus compliquée et vous aurez plus de charges à payer.

 

Conclusion

Devenir indépendant pour travailler à son compte en France est très simple : il suffit de déclarer une activité de micro-entrepreneur. C’est la meilleure option quand on débute, car elle est très peu coûteuse et elle est facile à gérer. Une fois que votre activité se développe ou si vous pensez dépasser le plafond de revenus dès la première année, renseignez-vous sur le statut d’Entreprise Individuelle : il permet, comme la micro-entreprise, de ne payer des charges qu’en fonction de ce que vous gagnez. L’option d’une société unipersonnelle (SASU, EURL) doit être envisagée si vous voulez lancer un projet plus complexe.

You may also like...